> Retour à la liste

juillet 2015


Docu-fiction « Mme Desbassayns : mythe et réalité d’une icône de l’esclavage à la Réunion »
Partager cet article sur :

Retour sur le docu-fiction suivi d’un échange organisé par la Délégation interministérielle pour l’égalité des chances des Français de l’Outre-mer avec le concours de l’Agence de promotion et de diffusion des cultures de l’Outre-mer ,autour de la projection du film documentaire réalisé par William CALLY : « Mme Desbassayns : mythe et réalité d’une icône de l’esclavage à la Réunion ».

Le CNMHE était représenté par Madame Myriam COTTIAS, Présidente du Comité accompagnée de la Secrétaire générale Madame Angèle LOUVIERS.

La vie de Mme Desbassayns est exceptionnelle à plus d’un titre dans l’Histoire de l’île de La Réunion. Mariée dès l’âge de 15 ans au quadragénaire Henri-Paulin Panon Desbassayns, cette jeune créole dénommée Hombeline Gonneau va aussitôt entamer un parcours hors du commun. Elle se retrouve, en vérité, à la tête de la plus puissante famille de propriétaires terriens du pays. Sa vie, devenue légendaire, aura ainsi épousé de façon remarquable le destin de son île elle-même.

Au fil d’une très longue existence, elle aura éprouvé, en effet, comme par une symbolique résonnance, la grande métamorphose de Bourbon. Mais nous parlons avant tout d’une dame qui a régné durant près d’un siècle sur un vaste patrimoine ; à une époque pourtant où le rôle économique et politique de la femme était ravalé au second plan, sinon inexistant. Elle a donc su échapper à la seule mission qu’on lui offrait alors, celle de la procréatrice, celle de la mère, pour finalement incarner l’image d’un certain capitalisme à la créole se conjuguant aux idéaux de la révolution industrielle.

Par sa finesse d’esprit, sa force de caractère et sa discipline de fer dans la gestion de son habitation, elle a engendré un véritable mythe autour de sa personne, jusqu’à incarner désormais une icone à l’aura pour le moins ambiguë. Si les chroniques coloniales nous parlent d’elle comme de la « Seconde Providence », comme d’une « Sainte de Bourbon », il s’avère en fait que la mémoire populaire et les légendes orales l’ont progressivement transformée en une incarnation du mal et des abominations de l’esclavage.

Mme Desbassayns, au grand désespoir de ses descendants, a suscité ainsi une véritable légende noire dans l’île : cette propriétaire d’esclaves, pour beaucoup de Réunionnais, n’a plus d’autre visage que celui d’une diablesse, d’une monstrueuse et sadique esclavagiste.

C’est bien au cœur de ce paradoxe, de cette formidable contradiction ontologique, que se situe la force irradiante ayant rendu cette femme toujours aussi vivante dans la mémoire de son peuple, plus d’un siècle et demi après sa mort.

Pour visionner la bande annonce cliquez ici

 

Suivez l'actualité du CNMHE
sur Facebook et Twitter

CONTACT

Président :
Frédéric REGENT
Lui envoyer un message

Directrice:
Angèle LOUVIERS
Lui envoyer un message

CNMHE
Ministère des Outre-Mer
27 rue Oudinot 75007 PARIS

LIENS

Autres liens...

Accueil du site | Crédits