La recherche

Les propositions du comité pour la recherche

Dès son rapport de 2005 (p. 50-53), le CPME a insisté sur le rôle essentiel de la recherche pour apaiser les controverses, qui reposent souvent sur une méconnaissance des faits établis par les chercheurs de différents pays, s’agissant par exemple des chiffres de la traite.

La recherche érudite a toujours mis en lumière la complexité des faits, déconstruit les mythes et les raccourcis idéologiques empruntés par des démagogues peu scrupuleux. Les amalgames sur les drames de l’histoire ont peu de prise dans un pays où la recherche est avancée et ses acquis largement diffusés par le système éducatif. Elle stimule le débat public.

Il a souligné combien la recherche française a pris de retard par rapport aux travaux britanniques, nord-américains, jamaïcains, cubains ou brésiliens. Fournir à la recherche française en ces domaines les moyens matériels et institutionnels doit donc être considéré comme une priorité absolue.

La création d’un laboratoire interuniversitaire pourrait s’inscrire dans un projet plus vaste avec la mise en place d’un Centre national pour l’histoire et la mémoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions qui l’abriterait : centre de documentation, salles de conférences, de séminaires et d’exposition, destiné au public le plus large.

Propositions du rapport de 2005 :

- soutien au Prix de thèse « Mémoires de l’esclavage » ;
- création d’un Centre national pour l’Histoire et la Mémoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions ;
- création d’un laboratoire interuniversitaire de recherche comparative sur la traite négrière, l’esclavage et leurs abolitions.

Propositions du rapport de 2006

Le CPME a constaté dans son rapport de 2006 une plus grande sensibilisation au sujet, notamment avec la création par le Centre National de la Recherche Scientifique d’un Réseau thématique prioritaire (RTP), suivie de sa transformation en Groupe de recherche international (GDRI), sous la dénomination de Centre international de recherche sur les esclavages (CIRESC).

Propositions du rapport de 2007

- le centre national

En 2007, dans sa lettre introductive au Premier ministre, le CPME a insisté sur l’importance du Centre national de mémoire et d’histoire : dès son premier rapport, le CPME évoquait l’importance du Centre national de mémoire et d’histoire (ressources, documentation et recherche) : espace de documentation et de ressources qui manque cruellement, où le visiteur peut trouver des informations accessibles pour un public large et divers (élèves, curieux, chercheurs) – cartes, chiffres, films, ouvrages éducatifs et de recherches. Ce centre rassemblerait par exemple tous les romans, poèmes et autres textes consacrés en langue française à cet événement donnerait à voir les liens entre littérature et esclavage ; tous les ouvrages de recherche. Il rendrait disponible en ligne articles et essais.

Il comprendrait une salle d’exposition, une salle de documentation, une salle de rencontre. Edouard Glissant, à qui fut confiée une mission de préfiguration de ce centre national, a publié le 10 mai 2007 un ouvrage, Mémoires des esclavages où il fait part de ses réflexions sur le contenu et les objectifs. Cette contribution importante, qui prolonge les recommandations initiales du CPME, doit être rapidement suivie de la mise en place, par les autorités publiques, d’une structure administrative chargée de la mise en œuvre opérationnelle du projet. La création d’un Centre nous paraît un geste nécessaire et fondamental à l’heure où des informations fragmentées (comme celles sur l’enseignement de l’esclavage) peuvent mener à des confusions et des prises de position hâtives ; à l’heure aussi où la diffusion de données (dates, faits et noms) doit constituer un fonds commun pour faire obstacle aux raccourcis simplistes ; enfin, à l’heure où la valorisation des expressions des populations issues de l’esclavage permettra de rendre visibles et lisibles leurs contributions aux arts et à la pensée.


 

Suivez l'actualité du CNMHE
sur Facebook et Twitter

CONTACT

Président :
Frédéric REGENT
Lui envoyer un message

Directrice:
Angèle LOUVIERS
Lui envoyer un message

CNMHE
Ministère des Outre-Mer
27 rue Oudinot 75007 PARIS

LIENS

Autres liens...

Accueil du site | Crédits