Gorée (Sénégal). Cours Sainte-Marie de Hann

Commémoration du souvenir de l’esclavage "La marche de l’homme vers la promesse de l’universel" Exposition de 1.750 petites sculptures de Lamine Barro du 10 mai au 10 juin 2006 au cours Sainte Marie de Hann à Dakar (Sénégal).

Le Cours Sainte Marie de Hann de Dakar, en collaboration avec l’ambassade de France au Sénégal, a célébré la Journée du 10 mai 2006 par le vernissage d’une exposition de Lamine Barro, en coopération avec l’Ambassade de France.

La cérémonie, à laquelle participaient notamment les parlementaires français venus pour l’occasion de Bordeaux et de Nantes accompagner la ministre Brigitte Girardin, a suivi le dépôt de gerbes de fleurs au jardin du Mémorial et la lecture de textes à la mémoire des disparus. La délégation s’est ensuite déplacée vers le square de l’Ile de Gorée où le ministre de la Culture et du Patrimoine historique classé, Mame Birame Diouf, a coupé le ruban. Puis vers le mât des Nations Unies où furent dévoilées les pièces de l’artiste Lamine Barro avant la visite de l’exposition des œuvres.

Dans son allocution, Marie-Hélène Cuenot, directrice du cours Sainte-Marie, s’est dit honorée d’accueillir dans son établissement des parlementaires envoyés par le président français Jacques Chirac pour commémorer l’abolition de l’esclavage. “ Cet acte montre que le Cours Ste Marie de Hann reste une école d’accueil et de brassage culturel, car étant le premier établissement à recevoir le prix pour la paix de l’Unesco, en 1991 ”...“ depuis lors, notre établissement est devenu un des hauts lieux du patrimoine artistique culturel et éducatif du Sénégal ”. Il compte 52 nationalités.

Le ministre de la Culture et du Patrimoine historique classé, Mame Birame Diouf, accompagné de son collègue de l’Entreprenariat, Marie Pierre Sarr Traoré, a annoncé que cette journée est destinée à rendre hommage à tous ceux qui ont été victimes de l’esclavage dont nous devons perpétuer le souvenir de leurs souffrances. Mais, c’est aussi une leçon, ajoute-t-il, d’espérance, car elle exprime notre foi commune d’un monde voué au dialogue de la pluralité des expressions culturelles qui le composent. Il a souligné que cet hommage et cette espérance qui fondent la célébration du centenaire de la naissance de Senghor, chantre du dialogue interculturel, sont aussi un combat résolument engagé par la France et le Sénégal pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

Le ministre a, par ailleurs, félicité Lamine Barro pour ses œuvres qui retracent les différentes étapes de l’esclavage, et l’artiste a espéré que ses créations contribueraient à la sensibilisation des enfants et à l’action pédagogique du Cours Sainte Marie et des autres établissements de Dakar.

Ses maquettes de personnages et accessoires miniaturisés retracent thématiquement les différentes phases de l’histoire de l’esclavage. Elles sont façonnées dans divers matériaux, terre cuite, pierres, bois, fer forgé, il s’y ajoutent des photos et peintures.

L’artiste Lamine Barro a exposé en Europe, en Amérique (Etats-Unis, Canada) et différents pays d’Afrique. Le travail qu’il présente est intitulé : “ esclavage, voyages, métissages : la marche de l’homme vers la promesse de l’universel”.


 

Suivez l'actualité du CNMHE
sur Facebook et Twitter

CONTACT

Président :
Frédéric REGENT
Lui envoyer un message

Directrice:
Angèle LOUVIERS
Lui envoyer un message

CNMHE
Ministère des Outre-Mer
27 rue Oudinot 75007 PARIS

LIENS

Autres liens...

Accueil du site | Crédits