Maryse Condé

Écrivain, professeur émérite (université de Columbia)

Née à la Guadeloupe, Maryse Condé effectue ses études secondaires dans son île natale avant de gagner Paris, où elle entreprend ses études de lettres à la Sorbonne. En 1960, elle épouse Mamadou Condé, un comédien guinéen qui tient le rôle d’Archibald dans la pièce de Genêt, Les Nègres, qui constitue alors l’événement théâtral de Paris. Elle part ensuite pour Conakry avec son mari, et se consacre à l’enseignement en Afrique (Guinée, Ghana, Nigeria, Sénégal) pendant douze années, au cours desquelles elle accumule expériences et découvertes qui vont nourrir son œuvre romanesque.
Elle ne commence à écrire qu’en 1972, à son retour à Paris : deux pièces de théâtre, l’une inspirée des réalités antillaises (Dieu nous l’a donné), l’autre de la situation politique de nombreux pays africains (Mort d’Oléwumi d’Ajumako).
Parallèlement, elle reprend ses études et termine, sous la direction du professeur Étiemble, une thèse de troisième cycle de littérature comparée : Stéréotype du Noir dans la littérature antillaise, qu’elle soutient à la Sorbonne en 1976.
Remariée avec Richard Philcox, traducteur de nationalité britannique, elle publie deux romans inspirés de ses expériences dans les pays africains indépendants, dont l’originalité est sans doute de remettre en cause les mythes inspirés de la négritude, Hérémakhonon et Une saison à Rihata.
Cependant, la notoriété lui vient surtout avec son troisième ouvrage, Ségou, roman en deux volumes (Les Murailles de terre, 1984, et La Terre en miettes, 1985) qui, selon les termes de la revue Notre librairie, franchit « les barrières inaccessibles jusqu’alors aux auteurs caribéens ou africains du succès commercial ». Ce roman, traduit en douze langues, clôt le cycle de son œuvre consacrée à l’Afrique.
En 1985, Maryse Condé est invitée à enseigner aux États-Unis. Elle y fonde le Centre des études françaises et francophones de l’université de Columbia, où elle enseigne à partir de cette date. Elle retourne aussi séjourner dans son île natale, qui devient alors la matière principale de ses autres romans : La Vie scélérate et Traversée de la mangrove.
Maryse Condé est aujourd’hui à la retraite et a quitté l’université de Columbia en décembre 2002.


 

Suivez l'actualité du CNMHE
sur Facebook et Twitter

CONTACT

Présidente :
Myriam COTTIAS
Lui envoyer un message

Secrétaire générale:
Angèle LOUVIERS
Lui envoyer un message

CNMHE
Ministère des Outre-Mer
27 rue Oudinot 75007 PARIS

LIENS

Autres liens...

Accueil du site | Crédits