21 novembre 2012 - Paris - Inauguration officielle de l’exposition Acclimatations /Exhibitions au jardin d’acclimatation

Le mercredi 21 novembre 2012 sera inaugurée au jardin d’Acclimatation de Paris (métro Les Sablons), une exposition conçue par Pascal Blanchard et Lilian Thuram sur les spectacles ethnographiques qui eurent lieu entre 1877 et 1931.

Cette exposition organisée avec le soutien de la ville de Paris et du Jardin d’acclimatation sera accessible au public du 22 novembre 2012 au 6 janvier 2012. Parrainée par le CPMHE, l’exposition " L’invention du sauvage : Acclimatations / Exhibitions" est inaugurée mercredi 21 novembre à 19h en présence du ministre des Outre-mer et du maire de Paris.

Cette inscription de cette histoire sur le site du jardin d’acclimatation répond à une des préconisations du rapport de la mission sur la mémoire des expositions ethnographiques dans le rapport remis au gouvernement le 15 novembre 2011.

UNE EXPOSITION POUR EVOQUER LA MÉMOIRE DES SPECTACLES ETHNOGRAPHIQUES AU JARDIN D’ACCLIMATATION

Le jardin d’acclimatation, qui dépend de la Ville de Paris dans le cadre d’une concession à une société chargée de le valoriser, accueille du 21 novembre 2012 au 6 janvier 2013 une exposition sur les spectacles ethnographiques.

JPEG - 63.9 ko
Affiche exposition

PRESENTATION DE L’EXPOSITION L’INVENTION DU SAUVAGE ACCLIMATATIONS / EXHIBITIONS

Au Jardin d’Acclimatation (Musée des Enfants – Bois de Boulogne – Paris) du 21 novembre 2012 au 6 janvier 2013

Inauguration le mercredi 21 novembre 2012 à 19h00

Cette exposition raconte l’histoire de femmes, d’hommes et d’enfants, venus d’Asie, d’Afrique, d’Océanie, des Amériques et parfois d’Europe, exhibés en Occident et ailleurs, dans des cirques, des cabarets, des foires, des zoos, des jardins d’acclimatations, des villages itinérants ou d’importantes reconstitutions dans les expositions universelles et coloniales. L’Europe, l’Amérique et le Japon vont, pendant presque cinq siècles (1490-1960), les exhiber comme de prétendus « sauvages ». Le temps est venu de regarder ce passé en face.

- L’exposition événement qui est présentée au jardin d’acclimatation qui présente des affiches, des photographies, des cartes postales, presse et objets, ainsi qu’un panorama complet des zoos humains dans le monde depuis 5 siècles.

- A travers une vingtaine de thèmes majeur, ce regard sur 5 siècles de "zoos humains" et d’exhibitions coloniales a été réalisé par le Groupe de recherche Achac et la Fondation Lilian Thuram. Éducation contre le racisme, afin d’aider à la déconstruction des préjugés raciaux.

- Pendant plus d’un siècle (de la Vénus hottentote, en 1810 à la Seconde Guerre mondiale, en 1940), l’industrie de l’exhibition a fasciné plus d’un milliard quatre cents millions de visiteurs et a exhibé entre trente et trente-cinq mille figurants dans le monde entier.

Ces exhibitions humaines visent alors essentiellement à tracer une frontière et une hiérarchie entre prétendus « civilisés » et prétendus « sauvages ». Ce fut aussi, et le plus souvent, le premier contact visuel, la première rencontre, entre l’Autre et Nous.

Cette présentation en avant-première au Jardin d’Acclimatation de cette exposition itinérante s’inscrit das la suite succès de l’exposition présentée au musée du quai Branly, ouverte il y a un an et qui a reçu plus de 250.000 visiteurs en six mois.

Car le Jardin d’acclimatation est à la fois un lieu d’histoire et un lieu de distractions pour les enfants depuis des générations. De fait, de 1877 à 1937, des exhibitions coloniales et humaines ont été organisées dans le cadre du Jardin d’acclimatation. C’est pourquoi l’exposition présentée pendant un mois et demi est à la fois un regard objectif sur ce passé, et un désir commun de regarder ensemble celui-ci sur le site même du Jardin d’acclimatation. C’est aujourd’hui une exposition qui plonge le visiteur dans une histoire, notre histoire, qu’il est essentiel de connaître et de partager pour regarder autrement le monde qui nous entoure.

Un parcours, une vingtaine de thèmes majeurs :

1/ L’exhibition du sauvage : cinq siècles d’histoire

2/ Premiers contacts, premiers exhibés : de 1492 au siècle des Lumières

3/ Les nouvelles formes d’exhibitions au début du XIXe siècle

4/ La science en quête des prétendues « races »

5/ Le spectacle de la différence : des Zoulous à Buffalo Bill

6/ La diversité des lieux d’exhibition : des jardins aux scènes de théâtre 7/ Monstres et phénomènes de foire : de Barnum 1841 à Krao 1926

8/ Une organisation du monde : le temps des expositions universelles

9/ Les conditions d’exhibition : les destins des figurants

10/ Une large diffusion : les villages ethniques itinérants

11/ Jardin d’Acclimatation de Paris : 60 ans d’exhibitions

12/ Colonisation et exhibitions : deux phénomènes parallèles

13/ Une mise en scène officielle : le temps des expositions coloniales

14/ Entre publicité et propagande : la fascination des images

15/ Les populations locales exhibées

16/ Les expositions de l’entre-deux-guerres (1922-1940)

17/ Dénonciations des « zoos humains »

18/ La fin des « zoos humains » à partir de 1930

19/ Héritages et mémoires

Exposition réalisée avec le concours et le soutien de la Ville de Paris (Délégation en charge des droits de l’Homme, de l’intégration, de la lutte contre les discriminations et des citoyens extra communautaires), du ministère des Outre-mer, de l’Acsé (Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances), de l’Institut Randstad, de la Casden, de la MGEN, du Comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage & du ministère de la Ville.

En partenariat avec les Editions La Découverte, Respect Mag, Tropiques FM, Africultures et Afriscope

INVITATION POUR ASSISTER A L’INAUGURATION DU MERCREDI 21 NOVEMBRE A 19h

Contacter le jardin d’acclimatation

PDF - 336.3 ko

RAPPEL DU CONTEXTE : LA PROTESTATION CONTRE UNE MANIFESTATION DANS LE CADRE DE 2011 ANNEE DES OUTRE-MER

En février 2011, des représentants amérindiens de Guyane française protestèrent contre l’organisation de la manifestation "Un jardin en Outre-mer" au jardin d’Acclimatation qui fut le théâtre, de 1877 à 1931, de plus de 40 spectacles ethnographiques mettant en scène des populations autochtones pour le grand public. A cette occasion, cinq Kali’na trouvèrent la mort au jardin d’acclimatation de Paris en 1892. Les corps ne furent jamais restitués ou identifiés.

Pour répondre à la protestation , le gouvernement avait confié au CPMHE une mission sur la mémoire des expositions ethnographiques et coloniales au cours de laquelle ont été formulées six grandes préconisations dont celle de l’inscription de cette histoire au jardin d’acclimatation. Le CPMHE souhaite que l’ensemble de ses préconisations de 2011 soient engagées.

LE RAPPORT SUR LA MEMOIRE DES EXPOSITIONS ETHNOGRAPHIQUES

PDF - 1 Mo

LES PRECONISATIONS DU CPMHE

PDF - 63.7 ko

 

Suivez l'actualité du CNMHE
sur Facebook et Twitter

CONTACT

Président :
Frédéric REGENT
Lui envoyer un message

Directrice:
Angèle LOUVIERS
Lui envoyer un message

CNMHE
Ministère des Outre-Mer
27 rue Oudinot 75007 PARIS

LIENS

Autres liens...

Accueil du site | Crédits