15 avril 2011 - L’INRP rend public un rapport sur l’enseignement de l’esclavage

L’article 2 de la loi du 21 mai 2001 stipule que les "les programmes scolaires (...) accorderont à la traite négrière et à l’esclavage la place conséquente qu’ils méritent". Dix ans après la loi, une équipe de l’INRP conduite par Benoit Falaize et Sébastien Ledoux fait le point sur sa place dans les programmes, dans les manuels scolaires, met également en avant des pratiques dans les classes et présente la manière dont deux anciens ports négriers, Bordeaux et Nantes, ont réinvesti cette part de leur histoire. Avec l’autorisation des auteurs, ce passionnant rapport est en ligne sur notre site.

Dix ans après l’adoption de la loi tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité, le temps est venu de faire le bilan de ce que la loi a changé.

La loi du 21 mai 2001 insistait sur l’importance de l’enseignement et de la recherche pour donner toute sa place à une histoire méconnue et occultée. En dix ans l’ensemble des programmes scolaires, du primaire au secondaire ont été changés, et il est désormais possible de faire le point sur la prise en compte de l’histoire de la traite, de l’esclavage et de l’abolition dans les programmes officiels. Mais l’enseignement ne dépend pas des seules directives officielles, mais des instruments dont disposent les enseignants, en premier lieu les manuels scolaires, et de l’environnement dans lequel ils font cours.

Tous ces aspects sont pris en compte dans le rapport de l’INRP intitulé "l’enseignement de l’esclavage et des traites dans l’espace hexagonal", résultat d’une enquête menée depuis plus de quatre ans par l’équipe ECEHG (enjeux contemporains de l’enseignement d’histoire-géographie) autour de Benoit Falaize (université de Cergy-Pontoise) et Sébastien Ledoux (Paris I).

Leur rapport s’ouvre sur une présentation exhaustive de l’évolution des programmes et des recommandations officielles depuis plus de dix ans (Première partie - Programmes, prescription et incitations nationales). Deux chapitres sont ensuite consacrés aux manuels scolaires (Deuxième partie - les manuels scolaires).

La troisième partie est consacrée à l’étude de deux cas régionaux : Bordeaux et Nantes.

Enfin dans la quatrième partie, les auteurs du rapports enquêtent sur les pratiques de classes.

Le CPMHE salue ce travail remarquable qui vient conclure l’action de l’INRP (institut National de Recherche Pédagogique) désormais dissoute et insérée dans le nouvel Institut Français de l’Education (IFÉ) qui est une composante de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon. (http://ife.ens-lyon.fr/ife.

Dans une de ses prochaines séances plénières, le CPMHE auditionnera les auteurs de ce rapport.

En outre, dans le cadre des événements parrainés pour les dix ans de la loi, le CPMHE rappelle le colloque international "Enseigner les traites, les esclavages, les abolitions et leurs héritages" le CIRESC organise à Paris, du 18 au 20 mai 2011 dans les locaux de l’Alliance Française, boulevard Raspail.

LE RAPPORT DE L’INRP : " L’ENSEIGNEMENT DE L’ESCLAVAGE ET DES TRAITES DANS L’ESPACE SCOLAIRE HEXAGONAL" - sous la direction de Benoit FALAIZE

PDF - 2.3 Mo
Rapport INRP 2011 Enseigner l’esclavage

 

Suivez l'actualité du CNMHE
sur Facebook et Twitter

CONTACT

Président :
Frédéric REGENT
Lui envoyer un message

Directrice:
Angèle LOUVIERS
Lui envoyer un message

CNMHE
Ministère des Outre-Mer
27 rue Oudinot 75007 PARIS

LIENS

Autres liens...

Accueil du site | Crédits